La bataille du détroit de Lombok

De WikiMs.

Après la prise de Makassar le 12 février 1942, de nouvelles opérations d'invasion peuvent être lancées depuis ce point d'appui.

17 février 1942

Dans la nuit les transports de troupes Sagami Maru et Sasago Maru, embarquant la 48° division d'infanterie, appareillent de Makassar pour Badung, île de Bali. Ils sont escortés par les destroyers Asashio, Arashio, Michishio et Oshio. Une couverture est assurée par le croiseur léger Nagara et les destroyers Hatsushimo, Nenohi et Wakaba.

19 février 1942

Dans la journée, une attaque aérienne endommage sérieusement Sagami Maru. Les japonais décident alors de scinder le convoi en deux groupes et d'affecter deux destroyers à chaque transport.

Peu après minuit, l'USS Seawolf (capitaine de corvette Frederick B. Warder) est en patrouille en mer de Flores, à l'entrée du détroit de Lombok, lorsqu'il reçoit l’ordre du capitaine de vaisseau Wilkes, commandant les sous-marins de l’US Navy à Sœrabaya, d’attaquer les navires japonais débarquant des troupes à Bali. Filant à 18 nœuds en surface, le submersible met le cap vers Sanur, le point de débarquement le plus probable. Après avoir envoyé un rapport de contact, il tente une attaque en surface. Deux torpilles sont lancées contre chacun des transports mais explosent prématurément sur trajectoire, donnant l'alerte aux destroyers qui contre-attaquent. Mais le Commandant Warder manœuvre son Seawolf avec beaucoup d’adresse dans ces eaux peu profondes. Raclant le fond de la baie à deux reprises, il parvient à échapper aux escorteurs, après avoir lancé sur eux deux torpilles par les tubes arrière, qui aussi explosent prématurément.
En début d’après-midi, il revient sur les lieux et arrive à portée des transports au mouillage, et tire une salve de proue complète. Aucune de ces torpilles n’atteint son but… ou du moins, aucune n’explose, et le sous-marin a le plus grand mal à échapper aux patrouilleurs japonais.

Pourtant, l’épisode donne sa chance à l’anglais HMS Upright (lieutenant de vaisseau John Coombe). Le petit sous-marin de la Xème Flottille profite de la confusion créée par l’attaque du Seawolf pour se glisser dans le mouillage, où il torpille à 16:10 un transport et un des vieux destroyers convertis en dragueur de mines, qui coulent tous deux en quelques minutes. Malheureusement, à ce moment, les transports ont achevé le débarquement des hommes et du matériel.

Entre temps, une escadre de ABDA comprenant les croiseurs néerlandais de Ruyter, Java et Tromp, le destroyer Piet Hein et les destroyers américains USS John D. Edwards, John D. Ford, Parrott, Pillsbury, Pope et Stewart a appareillé de Tjilatjap pour tenter d'intercepter le convoi japonais.
A 23:00 un premier groupe de 2 croiseurs et 3 destroyers engagent Asashio, Oshio et Sagami Maru mais n'enregistrent aucun coup au but. En revanche, ils sont contre-attaqués par un lancer massif des fameuses torpilles type 93 long lance (10 000 mètres à 38 nœuds) dont une coule le destroyer Piet Hein à 23:16. L'échange d'artillerie endommage deux autres destroyers. Suite à cet engagement, le premier groupe se retire laisse les deux destroyers japonais se tirer dessus, par mégarde.
A 01:30 le second groupe arrive sur zone et lance une nouvelle attaque sans succès. Le croiseur léger Tromp est sévèrement endommagé par les tirs de Asashio et se retire. Michishio entre à son tour dans la bataille mais il est endommagé par les destroyers américains. L’engagement se termine peu après.
Malgré une large supériorité numérique, les Alliés subissent une cuisante défaite n'ayant pu réussir à enrayer un débarquement et obtenir une victoire facile et dont l'occasion ne se représentera pas de sitôt.

Outils personnels