Bataille des îles Komandorski

De WikiMs.

Sommaire

Contexte

Après leur cuisante défaite à la bataille de Midway, les Japonais ont sauvé la face en se glorifiant d'une petite victoire grâce à leur diversion sur les îles Aléoutiennes. S'ils ont échoué à la prise de Dutch Harbor, il se sont rabattus sur Attu, île inoccupée et Kiska qui n'hébergeait qu'une dizaine de membres de la station météo.
Pour les Américains, ces deux îles n'ont que peu d'importance stratégique, mais leur occupation par les Japonais est une raison suffisante pour les en déloger. Présentement et ayant d'autres chats à fouetter, seuls des raids réguliers de bombardement sont effectués depuis des aérodromes construits sur les îles Adak et Amchitka, spécialement à cet effet. Ces raids associés au blocus des sous-marins va conduire les Japonais à ravitailler les troupes basées à terre par des forces rapides à l'instar de celles utilisées dans les Salomon pour la survie de Guadalcanal.

Mais la reconquête américaine est programmée pour début mai 1943 et va ouvrir l'option d'une possible attaque du Japon par le nord.

Début mars 1943, les Japonais assemblent un convoi rapide de ravitaillement.

Un premier convoi appareille

  • Le 7 mars 1943, sous le commandement du vice-amiral Boshiro Hosogaya à la tête de la V° Flotte, appareillent de Kashiwabara Bay à Paramoushir les transports rapides Asaka Maru et Sakito Maru. Il sont escortés par les croiseurs lourds Nachi (navire-amiral), Maya, les croiseurs légers Abukuma, Kiso et Tama, les destroyers Hatsushimo, Ikazuchi, Inazuma, Usugumo et Wakaba.
Le 10 mars, les approvisionnements et fournitures sont débarqués à Attu.
Le 13 mars, le convoi est de retour à Paramoushir.

Le second convoi

Le 24 mars 1943, la V° Flotte reprend la mer, à l'exception du croiseur léger Kiso. Le transport Sanko Maru lui est intégré.

Cette fois, les Américains ont vent de l'opération et envoient le contre-amiral Charles "Soc" McMorris tendre une embuscade aux îles Komandorski. Le Task Group 16.6 de McMorris se compose du croiseur lourd USS Salt Lake City, du croiseur léger USS Richmond, des destroyers USS Bailey, Coghlan, Dale et Monaghan.

La bataille

Le 26 mars à 08:00, par 53°N - 168°E (voir carte), les radars américains ont repéré le convoi japonais à 30 km au nord. McMorris fait prendre la formation de combat en file indienne et 20 nœuds, le destroyer Bailey en tête.

A 08:40, Nachi et Maya ouvrent le feu à 22 000 mètres. Derechef, McMorris est informé qu'il a affaire à forte partie.
A 08:44, Nachi lance 8 torpilles type 93.
A 08:45, McMorris fait monter la vitesse de l'escadre à 28 nœuds et change de cap pour permettre à son croiseur lourd de tirer aussi avec ses tourelles arrière.
A 08:50, Salt Lake City pilonne Nachi à 16 000 mètres. Touché par 3 salves et tourelles bloquées, il est provisoirement hors de combat. Hosogaya change aussi de cap pour rendre toutes ses pièces battantes mais par le fait s'éloigne du TG-16.6. Maya concentre à son tour le tir sur le croiseur américain qui évite tous les coups jusqu'à 09:10.
A 09:10, Salt Lake City encaisse un obus sur la catapulte tribord provoquant un incendie rapidement maîtrisé. Dix minutes plus tard, l'américain est de nouveau touché mais sans gravité.
A 09:45, Tama est à 18 000 mètres et se mêle à la lutte. Quelques coups bien ajustés l'obligent à rompre l'engagement. Pendant ce temps, Abukuma et les destroyers nippons s'interposent entre les américains et les transports.
A 10:00, les contrôles du Salt Lake City tombent en panne diminuant sévèrement sa manœuvrabilité. Les destroyers couvrent sa retraite par des écrans de fumée.
A 11:15, les croiseurs japonais lancent 16 torpilles qui vont toutes se perdre dans la nature.
A 11:50, c'est au tour des destroyers japonais de lancer 11 torpilles mais le tir ne donne aucun résultat. McMorris ordonne une riposte à la torpille par ses destroyers car le Salt Lake City est maintenant immobilisé et l'équipage s'active sur les réparations.
A 12:00, les destroyers américains attaquent au canon mais sont rapidement refoulés par les croiseurs lourds japonais.
A 12:12, le vice-amiral Hosogaya craignant l'arrivée de renforts américains rompt le combat et fait demi-tour vers sa base qu'il rallie le 28 mars.

A son retour, l'amiral japonais est blâmé et son commandement lui est retiré. Il est remplacé, le 31 mars, par le vice-amiral Shiro Kawase.

Voir aussi

Outils personnels